Parce que « manger moins et bouger plus » est l’un des pires conseils

De tous les conseils de perte de poids que j’ai entendus au fil des ans, « manger moins et faire plus d’exercice » est probablement l’un des pires.

J’ai eu des discussions interminables avec de nombreuses personnes à propos de cette phrase, principalement parce qu’elle est souvent utilisée comme un conseil arbitraire à quiconque. La simplification flagrante d’un problème complexe en disant à quelqu’un que pour perdre du poids, il lui suffit de « coudre » sa bouche et de commencer à bouger, est à la fois normal et offensant.

Personne ne nie que les calories jouent un rôle dans le poids. Manger de grandes quantités de nourriture augmentera également votre poids corporel. Si vous mangez moins, vous perdrez du poids, mais ce n’est pas le problème que je veux aborder.

Cette phrase reflète la manière agressive ignorante et souvent passive dont les gens traitent les personnes en surpoids. Cela a aussi à voir avec le nombre d’entre nous qui ne comprennent pas à quel point ces mots peuvent blesser quelqu’un. Comme si la seule chose qui comptait était la taille du corps, pas la santé physique et émotionnelle globale.

« Mangez moins et bougez plus. » Cela semble facile. Mais pour quelqu’un qui accepte ce commentaire, cela peut signifier ce qui suit :

  • Vous n’avez pas de volonté. Tu es faible.
  • Vous n’avez pas assez de motivation pour faire des changements.
  • Vous êtes paresseux et gourmand.

Plus nous pensons que le poids repose sur les personnes qui ne veulent pas faire ces choix « faciles », plus nous nourrissons l’industrie de l’alimentation, tout en laissant entendre que les obèses sont simplement gâtés et paresseux.

Lorsque vous dites aux gens de manger moins et de bouger plus, faites les hypothèses suivantes.

Hypothèse n°1 : Leur poids est dû au fait qu’ils mangent toute la journée

Physiquement, le poids est déterminé par beaucoup de choses, principalement la génétique. Les hormones, les muscles et la composition corporelle jouent également un rôle. Le médicament qu’une personne prend peut également être un facteur important dans son poids.

Hypothèse n°2 : L’activité physique est la réponse à la prise de poids

Je peux vous assurer qu’il existe de nombreuses personnes obèses actives qui vivent une vie saine et heureuse. Bouger davantage, aussi vague que cela puisse paraître, peut augmenter la masse musculaire, mais une livre de masse musculaire ne brûle que 4 calories de plus au repos.

De plus, des recherches récentes montrent que lorsque nous augmentons notre niveau d’activité, notre corps essaie de compenser en brûlant moins de calories. Et non, je ne vous dis pas de ne pas faire de sport, juste perdre du poids est plus compliqué que vous ne le pensez.

Cas n° 3 : Nous devrions tous considérer la nourriture exclusivement comme un carburant

Bien que manger moins puisse entraîner une perte de poids, dire à quelqu’un de réduire ses calories peut signifier suivre un régime restrictif. Mais cela ne résout pas vraiment les problèmes alimentaires d’une personne. La plupart du temps, les gens sont en surpoids non pas parce qu’ils aiment la nourriture, mais parce qu’ils mangent pour des raisons autres que la faim.

Nous mangeons pour diverses raisons. La nourriture est culturelle. C’est une communauté. Ce sont des souvenirs, l’amour, la famille, le goût. Les croyances fondamentales d’une personne guident ses choix alimentaires. Les croyances négatives sur la nourriture peuvent également affecter négativement notre relation avec notre corps et notre nourriture.

Parfois aussi, les gens mangent parce que leur nourriture les fait se sentir en sécurité. Une personne qui vit une perte ou qui est déprimée et anxieuse mange souvent parce qu’elle essaie de se remémorer les souvenirs agréables associés à certains aliments.

Il y a aussi des cas où une personne va manger parce qu’elle est dans un cercle vicieux de faim excessive due à son régime alimentaire. Il suit un régime par exemple jusqu’à ce que son corps ne puisse plus supporter ce niveau de restriction calorique. Le résultat est une suralimentation, qui n’est pas due au fait que la personne n’a pas de « volonté », mais à l’envie innée du corps d’empêcher la faim.

Donc, ce que je suggérerais, c’est à ceux qui ne peuvent pas suivre les signes de la faim et de la satiété, d’obtenir l’aide adéquate pour comprendre ce qui les pousse à trop manger.

Articles You Might Like

Share This Article