Dernières nouvelles des élections. Letta : Nous nous attendons à une vigilance maximale sur l’ingérence russe. Salvini : « le plafond des factures de gaz comme en France »


ServicePolitique

Le chef de file de la Ligue a proposé un « armistice » sur la question de l’électricité et du gaz. Sur ce point, « aussi bien Berlusconi que Meloni sont d’accord », a-t-il ajouté. Le Parti démocrate relève le plafond des factures et le doublement du crédit d’impôt pour les entreprises. Autre duel à distance entre Salvini et Meloni : si le premier insiste sur les factures, le second se remet à pousser le nœud migrant, relançant la solution du blocus naval. Letta : « C’est de la propagande sur la peau des gens »

Botta-réponse Di Maio-Meloni : « Avec toi par défaut », « indigne »

Les points clés

  • Letta : Nous attendons une vigilance maximale sur l’ingérence russe
  • Energie : Letta, « situation insoutenable, on fait confiance au gouvernement Draghi »
  • Calenda, je premier ? J’ai du CV, mais Draghi va mieux
  • Comte, pas de revenus ? Ici on joue avec le feu
  • Salvini, aidez immédiatement les familles et les entreprises ou il y aura un massacre d’entreprises
  • Conte, récupère 9 milliards de profits supplémentaires
  • Nordio, la lenteur de la justice nous coûte 2% du PIB
  • Loups, nous examinerons en profondeur le revenu de citoyenneté
  • Lire, plafonnement des factures et doublement du crédit d’impôt pour le tourisme
  • Berlusconi, via les contraintes et la bureaucratie pour créer des emplois
  • Landini, redistribuons tous les extra-bénéfices
  • Tajani et Draghi protègent les familles et les entreprises, mais l’action de l’UE est fondamentale
  • De Rita, la tendance à l’abstention se poursuivra
  • Di Maio, avec trio « faillite » isolement et guerre économique
  • Salvini, le nombre limité en médecine doit être éliminé
  • Di Maio, via la TVA des produits de première nécessité
  • Calenda, décrocher les prix du gaz des renouvelables

    « Pour diviser par deux le coût des factures et aider les entreprises, il faut décrocher le prix des énergies renouvelables non contractuelles du gaz, il faut une obligation légale du GSE. Il faut aussi suspendre les certificats ETS sur les émissions de CO2, et mettre dix milliards sur les entreprises gazo-intensives et énergivores. Une manœuvre très compliquée pour découpler les deux marchés mais c’est le modèle vers lequel vont aussi la France et l’Allemagne. Malheureusement, tout cela a un impact sur les comptes. Nous ne pourrons y parvenir que si les partis s’engagent à respecter la discipline budgétaire une fois au gouvernement ». Alors Carlo Calenda, leader d’Action, dans une interview avec Corriere della Sera.

    « Nous avons deux tsunamis qui arrivent en même temps : celui de l’énergie et celui de la finance. La Fed continuera de relever ses taux pour lutter contre l’inflation, ce qui entraînera une révision de la politique de la BCE. Nous serons moins protégés. A l’avenir également, le nouveau bouclier anti-spread sera conditionné à l’exécution d’engagements précis sur les déficits et les réformes. Je vois des propositions très superficielles et irréalisables. Letta dit non au gaz, Meloni calcule mal les effets de la baisse de 300% des charges », prévient Calenda.

    Le chef d’Action, Carlo Calenda. (ANSA / IGOR PETYX)

  • Espoir : « beaucoup d’ambiguïtés sur les vaccins, les dirigeants devraient clarifier »

    « Aussi dans cette campagne électorale il y a un besoin de clarté. Toutes les forces politiques peuvent-elles s’engager à dire qu’il n’y a pas de retour en arrière sur les vaccins ? Ou y a-t-il quelqu’un qui court après le vote no vax ? ». Ainsi le ministre de la Santé et candidat de la liste Pd-Italie démocrate et progressiste à Naples, Roberto Speranza, invité sur le poste Tg2. « Les vaccins nous ont sauvés. Selon l’ISS, ils ont sauvé la vie de 150 000 personnes. Il faut insister et je voudrais que tous les responsables politiques disent que la campagne de vaccination est l’héritage du pays et qu’à partir du 26 septembre, quoi qu’il arrive, ça continue. Malheureusement, aujourd’hui, je vois beaucoup d’ambiguïtés », a ajouté Speranza. «Les vaccins – a conclu le ministre – sont et restent le ‘game changer’, celui qui a changé la donne. Avant nous étions en grande difficulté, grâce aux vaccins une nouvelle phase s’est ouverte. Et puis j’insiste : même dans cette campagne électorale – je le dis à tous les dirigeants – baissons les drapeaux, et engageons-nous tous pour qu’après le 26 nous continuions avec une campagne de vaccination qui est fondamentale pour l’Italie ».

    Le ministre de la Santé et candidat de la liste Pd-Italie démocrate et progressiste à Naples, Roberto Speranza. (ANSA / ANGELO CARCONI)

  • La Russa: blocus naval déjà effectué par le gouvernement près de Letta

    « Le blocus naval avec l’accord des pays côtiers d’Afrique du Nord est la solution légitime non seulement pour contrer l’arrivée indiscriminée sur nos côtes d’immigrants qui n’ont pas le droit d’être acceptés mais aussi la seule mesure capable d’éviter l’événement tragique et lugubre des morts en mer. Letta pourrait rappeler que cela s’est déjà produit avec l’envoi de nos patrouilleurs en Libye en accord avec le gouvernement libyen de Kadhafi de l’époque et s’il s’efforce de s’en souvenir, il trouvera au moins un autre exemple avec un gouvernement proche de lui ». C’est ce qu’a déclaré Ignazio La Russa, sénateur des Frères d’Italie.

    Ignazio La Russa, sénateur des Frères d’Italie. (MAURIZIO BRAMBATTI / ANSA)

Articles You Might Like

Share This Article